Blood Blockade Battlefront, tome 2 – Bloodlust !

Deux mois après un premier tome savoureux, Blood Blockade Battlefront/Kekkai Sensen, le manga de Yasuhiro Nightow est de retour avec son tome 2. Célébrons cela avec un avis qui déploiera une aura écarlate !

Blood-Blockade-Battlefront-tome-2

Si notre bon Zapp figure sur la couverture il n’en va pas de même dans le tome où il est plus en retrait. C’est d’abord Klaus qui s’illustre, avant que ne survienne le second tournant de la série (le premier étant le recrutement de Leo par Libra) : la confirmation de l’existence de vampires/hématociens à Hellsalem’s lot, grâce aux yeux de Leo.

Cela nous offre de bons moments de lecture et permet d’en apprendre un peu plus sur Libra. Comme l’organisation veut maintenir l’équilibre dans la ville, elle doit démanteler une filière qui propose une drogue décapante. La récolte d’informations étant mauvaise, Klaus va prendre les choses en main et nous montrer qu’à Hellsalem’s lot on peut obtenir l’information que l’on veut, pourvu que l’on soit prêt à en payer le prix. Ici, il consiste pour Klaus à jouer plus de quatre jours (sans pause !) au prosfair – jeu qui mêle les échecs et le shôgi – avec Don Arlelelle Eruca Fulgrouche. Le jeu se déroule dans une salle qui ressemble quelque peu à celle du temps dans Dragon Ball. Ainsi coupé du monde et des autres, les deux adversaires vont pouvoir s’en donner à cœur joie, à s’en griller les méninges !

Mordu de prosfair
Une petite partie ?

Pourtant, cette première intrigue, rapidement résolue – finalement c’était l’obtention de l’information qui était la plus difficile, Libra expédiant le reste en une page – est un hors-d’œuvre, une mise en bouche par rapport à un gros dossier qui arrive suite à un petit tour de Leo en métro. Le métro, justement, est un moment assez tordant. Outre la faune locale qui l’habite, avant qu’il ne se mette en route on a une annonce : « Les chances de revenir vivant s’élèvent cette semaine à 12%. » Moins d’une chance sur 8 !

Duo de choc K K et Steven
K. K et Steven : le duo de choc !

L’officialisation de la présence des hématociens n’est pas secondaire, de par la réaction des membres de Libra et ce qu’on apprend sur l’histoire des relations entre l’organisation et ces créatures. L’arrivée du « plus grand spécialiste mondial des vampires », Abrams le chanceux, confirme l’importance de ce moment. Justifiant son titre, il nous permet d’en apprendre plus sur l’origine des vampires (et d’apercevoir quelques figures vampiriques bien connues du cinéma), le contentieux entre ces créatures et Libra. S’ensuit un petit voyage en train, divers événements qui aboutiront à une nouvelle technique de Klaus pour se débarrasser d’une vampire. Cette première escarmouche sera-t-elle suivie d’autres ? Hellsalem’s lot va-t-elle être reconfigurée par cet affrontement ? Mystère…

Abrams le chanceux
Mais pourquoi « le chanceux » ?

On passe donc un très bon moment à lire ce volume et l’humour répond présent : du voyage en métro à Leo qui se fait éjecter de son logement en passant par Abrams le chanceux qui vaut quelques blessures aux personnes qui l’entourent, le sourire est présent sur le visage du lecteur.

Je glisse trois remarques avant de conclure : i) les scènes d’action sont plus concentrées que dans le premier tome, on sent que ce n’est pas l’essentiel ici ; ii) le mouvement à l’œuvre dans la série donne l’impression d’un recommencement perpétuel. Ainsi lorsque nous sommes avec Leo dans le métro, soit à plus de la moitié du tome, ce dernier entreprend de nous réexpliquer qui il est, ce qu’il fait ici… Trace de la prépublication ? iii) Alors que le tome 1 contenait trois chapitres et l’histoire du camion fantôme, le sommaire du tome deux nous indique trois titres sans que le mot chapitre n’apparaisse.

Gare centrale dans la brume

Délirant tout en sachant insérer des moments sérieux, nourri de références, ce second tome de Blood Blockade Battlefront poursuit joyeusement la voie ouverte par le premier. A l’instar des hématociens attirés par le sang, nous pourrions bien devenir des Blockadiens : des créatures assoiffées par le manga de Yasuhiro Nightow. Rendez-vous en août pour étancher notre soif !

P.S. : les images sont issues du tome 2 et ont été prises par mes soins. Les copyrights de rigueur s’appliquent.

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s