Wolfsmund – Viens dans ma forteresse…

Figure mythique de la résistance à l’oppression étrangère, on retient souvent du personnage de Guillaume Tell ses talents à l’arbalète, avec l’épisode de la pomme posée sur la tête de son fils. Dans le manga Wolfsmund, Guillaume Tell est aussi très doué en matière d’escalade et a soigneusement formé son fils, Walter, pour mener à bien leur mission de lutte contre l’envahisseur Habsbourg. En quelques lignes, voici posés quelques-uns des ingrédients qui composent le manga de Mitsuhisa Kuji dont nous allons parler ci-dessous.

Cantons outragés, cantons brisés, cantons martyrisés mais cantons libérés !

Wolfsmund est d’abord l’histoire d’une domination. Nous sommes au début du XIVème siècle, et le manga nous donne à voir trois cantons (Uri, Schwyz et Unterwald) auparavant indépendants mais soumis depuis quelques années aux Habsbourg (Léopold et Frédéric le Bel). Cette perte d’autonomie se voit à travers la répression féroce menée contre ceux qui s’opposent à la mise en coupe réglée des trois cantons. Le symbole de cette domination se trouve au col du Saint-Gothard, avec la forteresse dirigée par l’amman Wolfram (nommé ici par Léopold) et surnommée Wolfsmund : la gueule du loup.

Seul point de passage entre le Saint Empire romain germanique et les principautés italiennes (sauf si vous voulez faire de l’alpinisme, et encore…), la forteresse permet i) non seulement de prélever une taxe de passage pour les entrées et les sorties mais aussi ii) de contrôler qui entre et sort. Et en la matière Wolfram se révèle très doué pour démasquer ceux qui veulent tenter le coup pour des raisons qui ne sont pas en accord avec les Habsbourg. Leurs dépouilles (torturées ou non) finissent souvent à l’entrée de la forteresse. On ne saurait faire plus clair comme avertissement.

Wolfsmund 1
Une journée comme une autre à Wolfsmund…

Le manga commence d’ailleurs par consacrer plusieurs chapitres à montrer ce qui se passe côté sortie du territoire puis côté entrée. L’occasion de nous donner à voir l’histoire (plus ou moins longue) des personnages ainsi que leur face-à-face avec Wolfram. Une mécanique bien huilée et qui donne à voir une diversité de personnages, diverses motivations. Les environs de la forteresse, notamment l’auberge et sa « patronne » sont aussi présentés de même que les relations entre les cantons et les villes derrière la frontière. Autant d’éléments permettant de voir comment cet « écosystème » fonctionne.

300 version helvétique

Pour autant, si le manga se limitait à cela, il serait rapidement répétitif et ennuyeux. Aussi, un second moment apparaît dans la série : à partir du tome 3 le mouvement pour la libération des cantons s’organise (mettre la main sur Wolfsmund et les autres barrières de l’octroi existantes dans les cantons ainsi que les abbayes) et un grand renversement va s’opérer, la série devant probablement connaître son climax avec la bataille de Morgarten (1315) – où quelques 1 500 confédérés suisses repousseront les 9 000 soldats du duc Léopold.

Cette bataille où tous les coups sont permis permet d’opposer deux idées :

  • Celle des cantons : leur avenir ne peut être que dans l’indépendance retrouvée, mettre fin à la mainmise des Habsbourg
  • Celle de ces derniers, où la paix réside dans la soumission à l’ordre établi : roulez pour les Habsbourg et tout ira bien. Levez la tête et tout ce qui dépasse sera coupé.

 

Leopold et Frédéric
Frédéric et Léopold en pleine discussion

On le voit, Wolfsmund met en lumière une partie de l’histoire de la Suisse (ses frontières n’ont été stabilisées qu’au XIXème siècle et son territoire est bien plus large que celui des trois cantons). Ceci explique peut-être pourquoi dans le manga il n’y a pas vraiment de personnage principal. Certes le fils de Guillaume Tell (Walter) est le leader, la grande figure du soulèvement des cantons mais, à la lecture, je n’ai pas eu le sentiment de le voir se détacher franchement tant ils ont tous besoin des uns et des autres pour avancer. Cela fait, du reste, écho aux propos d’un des personnages : « Je veux me rendre utile et servir une cause plus grande que ma petite personne ! » (Barbara, tome 3, page 76)

Wolfsmund est avant tout l’histoire d’un lieu et d’un mouvement en lutte pour son indépendance. A ce titre le manga ne peut qu’interpeller, en donnant à voir (sans prétendre à l’exactitude historique) un moment de l’histoire suisse.

Mais pourquoi est-il aussi méchant ?

L’amman Wolfram est sans doute le personnage, côté Habsbourg, qui se dessine le plus nettement dans le paysage. Retors, menaçant, sadique, version alpine de Ramsay Snow Bolton, il se distingue des autres notamment par ces cases où, après avoir joué un bon tour, on se focalise sur sa bouche qui dessine un sourire diabolique…

Wolfram et son côté loup...
« Que justice soit faite ! »

Analysant minutieusement les personnes qui passent, n’hésitant pas à user de la torture, peu importe l’âge de la personne. Les rumeurs que l’on entend à son sujet ne semblent pas infondées. Un démon réside dans la forteresse de Wolfmund, qui rappelle le propos que l’on attribue à Mark Twain : « L’homme est le plus cruel de tous les animaux, il est le seul capable d’infliger une douleur à ses congénères sans autre motif que le plaisir. »

Le manga reste évasif sur les origines de Wolfram. S’il se livre un peu dans le tome 2, à propos d’une enfance difficile qui lui permettrait de lire dans l’âme des gens, il reste une énigme. Sa volonté de satisfaire Léopold  – qui semble prompt à le menacer dès qu’il y a un problème – peut sans doute expliquer son efficacité et le zèle qu’il met à mener à bien sa mission, en même temps qu’un goût avéré pour la souffrance infligée à autrui.

Pour autant, au début du tome 4, l’auteur fait un petit détour historique en resituant Wolfsmund et l’amman dans l’histoire de la région : un siècle auparavant, un démon empêchait les montagnards de franchir le col du Saint-Gothard.  Berné (involontairement) par les hommes, le démon les prévient qu’il se vengera. Sa vengeance se matérialise avec Wolfram et la barrière de l’octroi, renforçant ainsi le côté « surnaturel » de cet individu.

La chute
Wolfsmund détient le record du canton d’Uri des chutes malencontreuses…

Rester vertical

Egalement auteur de Gaikou Kakkaku (un tome), Mitsuhisa Kuji est un ancien assistant de Kentarô Miura (Berserk) et Kaoru Mori (Emma). C’est davantage le côté sombre de Berserk qui prévaut dans Wolfsmund avec les combats, les morts, les moments de torture… mais aussi d’amour (ils sont rares) et d’humour (notamment avec la « faucheuse de Schwyz » : Hilde). De plus, la série ne néglige pas la part féminine de cet univers médiéval, nous donnant à voir un ensemble de figures féminines : guerrière, prête à tout, réconfortante, drôle, jouant de leur enveloppe charnelle car intérieurement très laide…

La narration offre à la fois des éléments de permanence et de surprise. Chaque moment est soigneusement découpé et associé à ceux qui précèdent et suivent. On suit les personnages, on souffre avec eux (moments fouilles et manucure étant en tête de liste), on voit la colère présente et s’exprimer sur le champ de bataille, les rancœurs et les peines…

Côté graphisme, le caractère rectangulaire des cases fait écho à des personnages qui sont plutôt « secs », avec une allure plutôt dépouillée. Idem côté architecture des bâtiments : on a du costaud, de la pierre, des poutres… une rectitude certaine des édifices mais pas d’architecture qui vous scotche comme dans Cesare (les périodes et les lieux sont différents).

Euh...
C’est ce que l’on appelle une image trompeuse

Ceci dit, je souligne tout de suite un élément : les graphismes ne sont pas, et de loin, un handicap pour la série. Le graphisme offre une grande lisibilité dans les combats et affrontements et j’ai eu l’impression que, de la même manière que les personnages se mettaient au service d’une cause, le graphisme lui aussi répondait au récit : vu la situation géographique (montagnes, vallées escarpées, danger…) les personnages et l’architecture sont comme le produit de leur situation si bien qu’on lit la série avec le sentiment que tout est lié.

Les marmottes ne mettront plus le chocolat dans le papier d’alu

Si la série se passe en altitude on n’a pourtant guère l’occasion de profiter du paysage, tant l’intrigue se focalise sur ce qui se passe du côté du Saint-Gothard. Aux dernières nouvelles, Wolfsmund devrait se terminer lors du prochain tome. A l’origine, la série devait en compter moins, aussi on peut que se féliciter de cette rallonge qui permet de profiter d’une intrigue concentrée, bornée comme il faut et qui avance sans jamais nous perdre. Manga tout à la fois d’histoire, d’action, d’aventure (voir les talents d’alpinistes des Tell est un plaisir), le manga nous fait voir une partie du monde dont nous ne sommes pas forcément familiers et nous offre un récit d’une grande force.

Attention, toutefois, à ne pas idéaliser la lutte des cantons car, comme le rappelle l’historien Thomas Maissen : « Le récit d’un combat pour la liberté qui aurait rallié des paysans et des bourgeois contre des princes voisins envieux occulte les rapports de domination aussi bien que d’ordres à l’œuvre dans l’ancienne Confédération. »

image-1327419637
Une série à en perdre la tête !

Alors que l’heure de la conclusion approche, que le conflit entre Léopold et les cantons doit atteindre son apogée, le constat est clair : Wolfsmund est un manga plaisant à lire, qui forme un tout cohérent et bien organisé. Si la série n’est pas la plus connue du catalogue des éditions Ki-oon le titre de Mitsuhisa Kuji gagne assurément à l’être, comme les lignes qui précèdent ont essayé de le montrer : avec Wolfsmund, se jeter dans la gueule du loup n’a jamais été aussi plaisant.

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s