Dead Dead Demon’s DeDeDeDe Destruction, volume 1

Tokyo fait partie de ces villes qui ont été passablement chahutées si on fait un tour du côté des mangas, films et autres supports de la création humaine. Cette fois-ci, la mégalopole nippone n’a pas été ravagée par une explosion ni même par des monstres géants. Non, à première vue Tokyo est comme tous les jours, à ceci près que son ciel est obscurci par la présence d’un vaisseau spatial.

dddd-t1-jaquette
La présence d’un tel engin n’est pas une nouveauté dans l’univers de Inio Asano. Après tout, dans Bonne Nuit Punpun, on pouvait apercevoir de temps à autre quelques soucoupes volantes. Mais elles apparaissaient visuellement différentes du reste, comme pour mieux marquer le fait qu’elles provenaient de l’imagination d’un personnage. Dans Dead Dead Demon’s DeDeDeDe Destruction (DDDD par la suite), au contraire, le vaisseau spatial est là et bien là, pour de vrai, il n’est pas le fruit d’une imagination collective.

District 9  

Pourtant cette présence a priori extraordinaire (et qui, visuellement au moins, entretient une certaine proximité avec le film de Neill Blomkamp, District 9)  ne semble pas bouleverser le quotidien des tokyoïtes. Parce qu’il ne se passe rien. Le vaisseau est arrivé, il a essuyé des attaques et depuis plus rien. Il lâche de temps à autre de petits appareils qui se font dégommer. Rien d’autre à signaler pour ce qui est de l’aspect extérieur.

Si bien qu’une forme de banalisation du vaisseau apparaît : comme s’il faisait, désormais, partie du décor, une attraction de plus. Il est là, au-dessus la ville. Les forces américaines et nippones testent des armes qui pourraient avoir des retombées dans le domaine civil par la suite, la communauté internationale fait preuve d’une grande solidarité vis-à-vis du Japon… mais à part cela pas d’exploration de l’intérieur du vaisseau prévu, pas de destruction programmée. Rien pour l’instant. Il faut faire avec (ainsi qu’avec quelques retombées radioactives mais bon, c’était pour sauver la population).

dddd-vaisseau-spatial

Allégorie en marche

La jaquette du premier tome contient un bandeau portant les indications suivantes : « Une allégorie moderne décryptant la société japonaise post-Fukushima. » Si plusieurs mangakas se sont penchés sur cet événement majeur des dernières années au Japon (Au cœur de Fukushima, Je reviendrai vous voir, Colère nucléaire, Daisy, lycéennes à Fukushima…), Inio Asano semble le faire de manière indirecte, poussant ainsi le lecteur à s’impliquer dans le récit.

En effet, si l’on regarde ce qui se passe suite à l’intrusion du vaisseau spatial, des parallèles avec la triple catastrophe de mars 2011 (séisme, tsunami, catastrophe nucléaire) apparaissent : victimes humaines, Etat d’urgence, mouvement de solidarité en provenance de l’étranger, manifestations, débats pour évaluer ce qui a été fait, savoir ce qu’il faut faire et comment réagir à l’avenir, contraintes économiques… D’ailleurs, il est assez frappant de constater que, pour le moment, nous ne connaissons pas l’allure des extraterrestres. Certains personnages les ont vus, mais nous restons pour l’heure dans l’inconnu, comme si ce n’était pas l’essentiel. La vérité est ailleurs.

Ainsi, de la même manière que les événements du 11 mars 2011 ont suscité des réactions, le vaisseau spatial fait couleur beaucoup d’encre, avec une activité médiatique à son sujet inversement proportionnelle à ses actes.

kadode-et-oran

La vie continue

Enfin, toute l’activité autour du vaisseau spatial n’empêche pas les habitants de vaquer à leurs occupations. Dans DDDD, nous suivons plus particulièrement deux personnages : Kadode et Ôran. La seconde est l’élément un peu foufou et imprévisible, exubérante et joueuse de FPS qui parle sans filtre et apparaît tout à la fois perchée et adorable pour Kadode. Celle-là oscille entre des considérations sur une vie pas vraiment folichonne concernant sa famille (un père disparu suite à l’apparition du vaisseau, une mère plutôt instable et qui veut se remarier), son avenir (aura-t-elle les moyens financiers d’aller à l’université ?) ; ses camarades de classe ; les sentiments qu’elle nourrit pour un de ses professeurs et quelques rêves utopiques (pouvoir voler).

Gravitant autour des deux amies, on trouve leurs camarades de classe, des adultes, des jeunes plus âgés (comme Hiroshi), chacun illustrant un thème particulier (le premier amour ; le travail et rien d’autre ; que faire de sa vie après de bonnes études à la fac…).

En refermant ce premier volume, une question apparaît, qui concerne le devenir de cette configuration : cette fausse tranquillité va-t-elle perdurer ? Ici on peut penser aux propos de Kadode, sur le fait que ses petits camarades de classe l’avaient surnommé « démone » à cause de sa dyslexie. Elle parlait alors des démons comme une menace pour l’humanité et à la fin du premier tome, comme un écho (quelque peu cruel) à son propos, on peut se demander s’il n’y en pas un qui vient d’apparaître…

***

Ce premier tome de DDDD pose donc de solides bases pour la suite : présentation d’un univers qui sera amené à évoluer, apparition de quelques personnages et thématiques sur lesquels la suite pourra tranquillement se construire. Bref, les envahisseurs sont là et, espérons-le, pour longtemps !

tumblr_nd3946lsqz1ti54l6o1_250

N.B. : les illustrations présentes ici sont là seulement pour aérer le propos et demeurent la propriété de Inio Asano, Shogakukan et des éditions Kana.

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s