Your Name. – Loin des yeux, près du cœur ?

Le dernier film de Makoto Shinkai Your Name. (Kimi no na wa.) a aligné les records sur l’archipel nippon et on ne peut que se réjouir de le voir venir jusque dans les salles obscures de l’Hexagone. Pour l’occasion nous avons même droit à un site internet officiel ainsi qu’à des avant-premières en différents points du territoire. Présent à l’une d’entre elles le film est tout frais dans mon esprit aussi j’en profite pour glisser quelques impressions tout en évitant de révéler des moments importants de l’intrigue.

Spoiler : commencez à préparer les sous pour la place de cinéma !

your-name-affiche

Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ?
Deux lycéens qui échangent leurs vies et leurs corps à travers les rêves…

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de … Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité… Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille !
Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement.

Un tourbillon d’impressions

N’ayant à mon actif que The Garden of Words et 5 centimètres par seconde, Your Name. n’est « que » mon troisième film de Makoto Shinkai mais il m’a semblé retrouver des éléments présents dans ses deux précédentes réalisations.

D’abord vient la contemplation. Visuellement il y a de nombreux passages qui en mettent plein les yeux. Avoir la tête dans les étoiles est une expression qui trouve tout son sens ici ! Le film nous offre nombre de scènes à contempler, que ce soit à Tokyo ou Itomori, le jour comme la nuit, qu’il fasse beau ou non. Musicalement le fonds sonore n’est pas omniprésent mais lors de chaque moment clé du film nous avons droit à une chanson (par le groupe Radwimps) qui accompagne ce que l’on a sous les yeux. Animation et musique se complètent parfaitement.

Ensuite, place à l’émotion. Ou plutôt aux émotions. Makoto Shinkai joue avec elles et ce jusqu’à la toute fin du film ! Des moments drôles (ceux où Mitsuha et Taki découvrent le corps de l’autre par exemple) succèderont à des moments bien moins joyeux, où sans jouer particulièrement sur la corde dramatique la gorge se serre devant ce que nous voyons, devant ce qui est dit (les voix des seiyû sont un plaisir à entendre, notamment avec les variations qui interviennent lors des échanges de vie).

L’intrigue du film se construit peu à peu et chaque détail compte. Il faut arriver à la moitié du film pour que la lumière soit faite sur plusieurs points. Peut-être devinerez-vous de quoi il retourne avant de le voir sur l’écran mais le propre de Your Name. c’est qu’il n’y a pas d’envie de résoudre rapidement les mystères qui apparaissent. On a plutôt envie de se laisser porter par le film, se laisser entraîner par ce que l’on voit et entend, pour mieux recevoir tout ce qu’il a à nous offrir.

Enfin, le film accorde un soin tout particulier aux transitions de lieu et de temps entre les personnages. Tous les petits cailloux sont posés sur le chemin pour que jamais nous ne soyons perdus.

taki-et-mitsuha

Un film à déplier

Á travers les quelques 100 minutes que dure Your Name. nous pouvons observer de nombreuses thématiques. La première se rapporte à la jeunesse qui se termine pour des personnages principaux dont la cellule familiale a été chamboulée mais qui peuvent compter sur leurs proches (amis, relations de travail…) qui s’insèrent sans difficulté dans le récit : Yotsuha la sœur de Mitsuha, sa grand-mère, les amis Sayaka et Tessie ; côté Taki ce sont Tsukasa et Okudera qui se distinguent. Ces personnages jouent un rôle important dans ce qui va se passer en plus de se dire que certains jours Mitsuha ou Taki ont l’air différents de d’habitude…

Autre thématique importante, celle de la distance et des déplacements avec des personnages principaux qui sont à la fois si proches et si loin. Les voir trouver des astuces pour communiquer, se fixer des limites sont des petits moments de plaisir pour le spectateur. Par certains aspects, Your Name. c’est l’histoire d’une rencontre impossible ce qui permet aussi de voir l’oubli se dessiner dans le paysage en plus de questionner la frontière entre le rêve et la réalité (où commence l’un, où se termine l’autre ? Est-ce que Taki et Mitsuha peuvent rationnellement expliquer ce qui se passe ?).

Le film insiste aussi sur l’histoire, la continuité, les coutumes, notamment du côté de Itomori. L’art du tissage de cordes, même si le passage ne dure pas longtemps, sert ainsi de métaphore tout au long du film et sert un peu plus à mettre en avant les liens qui existent entre les personnages. Le terme kizuna trouve sans doute sa place ici.

Enfin il me semble que Makoto Shinkai réfléchit aux drames pouvant frapper le Japon. Je ne sais pas si Your Name. propose – à l’instar de DDDD de Inio Asano – une allégorie du Japon en rapport avec les événements de mars 2011 mais c’est un point qui interpelle.

***

La présence du dernier film de Makoto Shinkai dans les salles de cinéma fait ainsi figure d’excellent cadeau de fin d’année. Your Name. est un film d’animation à voir, qui ne déçoit à aucun moment et sur aucun point, comme un rêve dont on ne voudrait pas sortir. On en sort avec l’envie de regarder le ciel, pour voir si l’on a des chances d’apercevoir ce qui s’offre aux personnages du film. Souhaitons que le film marche bien, pour que d’autres productions puissent également paraître en France et pourquoi pas, d’ici quelques années, le prochain projet de Makoto Shinkai !

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s