Area 51, vol.10 – La preuve par dix

« T’en fais pas, j’attendrai que les caméras
soient éteintes pour péter les plombs et
repeindre les murs avec les boyaux de l’équipe. »
Glasy

La fuite est un échec. Alors que Masato Hisa a tenté de s’échapper à la fin du tome 9, son tortionnaire éditeur a pu mobiliser suffisamment de moyens pour lui remettre la main dessus. Merci M. Teruo Hosu ! Car, du point de vue du lecteur, vu le plaisir pris à lire ce nouveau volume de la série, il aurait été dommage de ne jamais l’avoir entre les mains. Surtout que la jaquette donne le ton…

area-51-volume-10
N’est-elle pas sublime ?

Il faut sauver la zone 51 !

Petit rappel des faits : la zone 51 et ses habitants sont menacés de disparition totale, comme les dinosaures en leur temps. La cause n’est pas un astéroïde ; elle se nomme Nemori, un Satori (Yôkai) qui lit dans les pensées. La solution au problème est donc simple : tuer Satori ou disparaître. Mais comment tuer quelqu’un qui lit dans vos pensées et connaît donc vos intentions ? Pas si simple.

Ceci dit, n’y a-t-il forcément que deux solutions sur la table ? Aucune troisième voie à explorer ? Nemori ne peut-elle être sauvée ? Va-t-on à nouveau connaître une perte marquante dans la série (repensons au tome 7…) ? Assistera-t-on à une délocalisation de la zone 51 en dehors des États-Unis (ce qui ne ferait pas plaisir à l’administration américaine ? Toute volonté de faire un parallèle avec l’actualité serait purement fortuit) ? Les réponses à ces questions se trouvent dans les trois premiers chapitres du volume où les grandes manœuvres sont déployées !

area-51-t10-p-78-magoi-et-pike
Appuyer sur la détente…

Délire à tous les étages

Le volume 10 est, de mémoire, celui qui démarre de la manière la plus déjantée possible. Imaginez une conférence à destination des élèves de la zone 51 portant sur le voyage dans le temps avec le comte Saint-Germain en guest. Paradoxe temporel au menu. Ajoutez une présentatrice un peu violente, quelques bourre-pifs, des références glissées un peu partout dans le décor, les propos. Saupoudrez le tout d’une fin d’émission explosive et vous vous demandez dans quoi vous avez mis les pieds. Ça se passe comme ça dans Area 51. Et puis vous avancez dans le volume et vous vous rendez compte que, sous couvert de l’amusement, Masato Hisa a glissé des informations qui se révèleront précieuses pour la suite.

Une suite qui, passé l’épisode Nemori, nous plonge dans quelques petites histoires courtes savoureuses, qui feront que vous ne perdrez pas le sourire aux lèvres que vous avez depuis le début du tome (si vous dites le contraire c’est que vous mentez !). D’une guerre contre les chats errants à une partie de ping-pong made in Area 51 en passant par Amaterasu qui joue à la console on voyage dans la bonne humeur et on se prépare au prochain arc de la série.

ping-pong-1
Qui est le partenaire de Magoi ?
ping-pong-2
Essayez de suivre la balle !

Quand ‘y’en a plus ‘y’en a encore

Comme tout bon tome de Area 51, ce dixième volume nous offre les festins de l’Hécatocéphale. Cinq aventures au programme – lisez le festin 44 ci-dessous ! – avec en bonus un conseil de lecture de Masato Hisa : Le séminaire d’études des yôkai de Zettaijô… qui sera peut-être traduit un jour en France. Ajoutez un petit bonus avec le comte Saint-Germain et voilà un repas bien copieux qui se termine.

Côté graphisme, Masato Hisa nous offre quelques très belles planches notamment avec l’affaire Nemori. Il me paraît avoir encore progressé par rapport aux tomes précédents. Côté narration, la présence de ce Satori qui lit dans les pensées lui a permis, comme dans le tome précédent, d’utiliser judicieusement ses pouvoirs pour faire avancer l’intrigue de manière fluide. Dans le fond comme dans la forme, le manga est une réussite, lui qui se terminera bientôt au Japon et en septembre 2018 en France.(Bonne nouvelle : une autre série de Masato Hisa prendra la suite d’Area 51 !)

La traduction continue d’être assurée par Ryôko Sekiguchi et Waldimir Labaere et cette dixième livraison n’a rien à envier aux précédentes. Les propos continuent d’être fluides et de coller parfaitement avec l’ambiance et l’atmosphère que l’on imagine. L’édition est dans les standards des tomes précédents (la couverture est toujours aussi agréable au toucher).

pacte-du-demon
Le pacte avec le démon continue à être honoré…

C’est déjà terminé ?

Ce passage à la première dizaine pour Area 51 se déroule sans aucune difficulté. Masato Hisa continue à développer un univers où on le sent à son aise, maîtrisant la zone 51 et sachant composer entre toutes les divinités pour arriver à nous proposer la bonne divinité au bon endroit et au bon moment. Jamais le lecteur ne s’ennuie car il y a toujours quelques anecdotes sur une divinité, une légende, une mythologie à apprendre en plus de regarder encore et encore le graphisme de l’auteur. En somme Area 51 s’affirme un peu plus encore comme la meilleure série de sa catégorie et on ne peut que compter les jours nous séparant de la sortie du tome 11, prévu pour le 19 avril !

copyrights

P.S. : un merci puissance l’infinie aux éditions Casterman et à la collection Sakka pour les images présentes dans cette critique. Et tous mes remerciements à Me Carla Andurand pour sa disponibilité, son efficacité et sa gentillesse.

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s