La Cité des esclaves – De la servitude (in)volontaire

Adapté en film live en 2014, La Cité des esclaves, est au départ une série de romans de Shinichi Okada. Depuis 2012, la série est arrivé dans l’univers du manga avec Hiroto Ooishi au dessin. Huit volumes sont sortis pour le moment en version française, le neuvième devant arriver le 12 octobre prochain.

Vous avez une villa, un char, un menhir, mais… avez-vous un esclave ?

Continuer la lecture de La Cité des esclaves – De la servitude (in)volontaire

Slam Dunk – L’amour du jeu

« Je possède enfin ce dont tu m’avais parlé.
Ça y est… cette détermination inflexible est
maintenant ancrée en moi. »
(Hanamichi Sakuragi)

En novembre 2014, la marque Air Jordan s’est mise aux couleurs de Slam Dunk. Certes on peut expliquer cela par le fait que Takehiko Inoue a été fortement influencé par Michael Jordan pour sa série (Shôhoku arbore un maillot très proche de celui des Bulls). Il n’empêche : au-delà des motifs commerciaux une telle mise à l’honneur, dans une des collections phares du basket-ball, en dit long sur la popularité de la série, bien au-delà des frontières nippones.

Continuer la lecture de Slam Dunk – L’amour du jeu

Wolfsmund – Viens dans ma forteresse…

Figure mythique de la résistance à l’oppression étrangère, on retient souvent du personnage de Guillaume Tell ses talents à l’arbalète, avec l’épisode de la pomme posée sur la tête de son fils. Dans le manga Wolfsmund, Guillaume Tell est aussi très doué en matière d’escalade et a soigneusement formé son fils, Walter, pour mener à bien leur mission de lutte contre l’envahisseur Habsbourg. En quelques lignes, voici posés quelques-uns des ingrédients qui composent le manga de Mitsuhisa Kuji dont nous allons parler ci-dessous.

Continuer la lecture de Wolfsmund – Viens dans ma forteresse…

Le Vagabond de Tokyo – Les 400 coups de Yoshio

Il y a quelques jours, les propos du mangaka Michihiko Tōei étaient relayés sur Animenewsnetwork. L’artiste dénonçait les messages véhiculés par la « pop culture moderne », où le but ne serait pas de dépeindre la vérité mais simplement de faire des ventes. Michihiko Tōei contrastait alors cette situation avec celle des années 1970 : « If you look at the protagonists of manga popular in the ’70s, you’ll understand that it was a time where if you didn’t put your life into organizations or missions or skills, you wouldn’t be accepted… well, all right, maybe I get the feeling that this goes too far, but if you don’t put everything you have into life, you’ll be left with nothing but regret. »

Continuer la lecture de Le Vagabond de Tokyo – Les 400 coups de Yoshio

Game of Thrones – Bilan de la saison 6

Alors que le dixième et dernier épisode de cette sixième saison a été diffusé il y a peu, j’en profite pour proposer quelques réflexions personnelles par rapport à ce qui s’est déroulé.

Continuer la lecture de Game of Thrones – Bilan de la saison 6

Lupin III – Une femme nommée Fujiko Mine

Entre octobre 2015 et mars 2016, une nouvelle série animée nous plongeant dans l’univers du petit-fils d’Arsène Lupin faisait son apparition dans le paysage de l’animé, avec un opening de toute beautéLupin III L’aventure italienne.

Il ne sera pourtant pas question de cet animé mais du précédent, Lupin III – Une femme nommée Fujiko Mine, sorti en 2012  première série animée Lupin depuis les années 1980 , et disponible en France chez Black Box Editions depuis cette année. 13 épisodes qui constituent une préquelle à la saga, pour nous montrer comment tout a commencé entre Lupin et Fujiko Mine (Jigen, Goemon et Zenigata étant eux aussi de la partie). Le procédé est malin en ce qu’il permet i) de ne réclamer aucun prérequis aux personnes qui regarde les épisodes pour comprendre ce qui se passe ; ii) le statut de préquelle donne une certaine latitude dans le contenu de l’intrigue.

Continuer la lecture de Lupin III – Une femme nommée Fujiko Mine

Area 51, tome 8 – Elle cause plus… elle flingue

Le tome précédent avait un goût étrange, un goût amer qui, lors des dernières pages, donnait une saveur imprévue (≠ désagréable) aux affrontements en cours. Ce goût, qui pourrait se nommer tristesse se retrouve dans le huitième volume, plus dilué car présent sur quelques pages du côté de Tokuko ou de Sonia.

Continuer la lecture de Area 51, tome 8 – Elle cause plus… elle flingue