Mini-revues – Tokyo Alien Bros 2, Tokyo Kaido 3, Je suis Shingo 2

« Je sais pas trop ce que ça veut dire,
être amoureux… mais ça fait mal,
quand quelqu’un nous oublie. »
Natsutarô

Pour cette fois, afin de varier les plaisirs, ce sont trois courtes revues qui sont au programme de cet article, toutes se référant à des ouvrages parus récemment chez le Lézard Noir et qui partage un point commun : la place accordée, à des degrés divers, à l’amour.

Continuer la lecture de Mini-revues – Tokyo Alien Bros 2, Tokyo Kaido 3, Je suis Shingo 2

Le Chant des Souliers rouges, vol.1 – Trouver sa passion

« De toute façon je n’ai pas l’intention de
fréquenter les autres élèves… ça m’évitera
de les détester et de me décevoir moi-même ! »
Kimitaka

Paru ce mois-ci, le premier tome (sur six) du Chant des Souliers rouges de Mizu Sahara aborde la question de l’adolescence sous l’angle du rêve, de la passion qui anime les jeunes. Que deviennent-ils lorsqu’ils doivent renoncer à ce qui les fait vibrer ? Est-il alors aisé de se (re)construire ? Peut-on y parvenir seul ? Ouvrons ce premier volume et écoutons la mélodie proposée.

Continuer la lecture de Le Chant des Souliers rouges, vol.1 – Trouver sa passion

Tokyo Alien Bros, vol.1 – Space Invaders

« Une invasion n’est en somme qu’un transfert de
pouvoir. Le véritable changement, c’est celui qui
se produit à l’insu de tous, aussi imperceptible que
le mouvement de la petite aiguille d’une horloge. »
Natsutarô Tanaka

Première série de Keigo Shinzo à être disponible en français (si je ne me trompe pas) Tokyo Alien Bros nous propose de suivre le quotidien de deux frères arrivés récemment au Japon. Le petit frère, Fuyunosuke Tanaka est étudiant en plus d’avoir un joli coup droit au badminton. Le grand, Natsutarô est un détective privé « pas encore tout à fait au point ». Ils vivent ensemble, avec des animaux de compagnie. Rien de bien surprenant ? J’ai oublié un détail : ce sont des extraterrestres !

Continuer la lecture de Tokyo Alien Bros, vol.1 – Space Invaders

Á nos amours, vol.1 – Comment peut-on être français ?

« Les français et leur attachement
aux bises, quelle poisse ! »
Jean-Paul Nishi

La parution au mois de mars dernier du premier volume de Á nos amours, de Jean-Paul Nishi est intéressante à plus d’un titre. Ce manga, en partie autobiographique, nous dévoile quelques morceaux de la vie de Jean-Paul Nishi notamment dans son rapport avec la France, symbolisée par le titre de cette série rafraîchissante.

Continuer la lecture de Á nos amours, vol.1 – Comment peut-on être français ?

Il était une fois… L’Enfant et le Maudit, vol.1

« Si tu entres en contact avec nous tu seras
maudite. […] Si la malédiction s’abat sur toi…
tu deviendras monstrueuse. »
Le Professeur à Sheeva

Paru la semaine dernière, le premier tome de L’Enfant et le Maudit. Siúil A Rúin, de Nagabe interpelle pour des raisons tenant tant à son graphisme qu’aux thématiques qui se déploient. Se déroulant dans un univers imaginaire, une enfant et un « être maudit » vont, selon les mots du synopsis «  écrire petit à petit une fable » qui ne demande qu’à vous emmener dans un récit qui rappellera bien des souvenirs aux plus grands…

Continuer la lecture de Il était une fois… L’Enfant et le Maudit, vol.1

Tokyo Kaido, vol.1 – Les enfants perdus de Minetaro Mochizuki

« Ouais, j’ai envie de mourir et en même
temps je ne veux surtout pas mourir…
c’est ça qui est dur… »
Hashi

« On est tous dépendants à quelque
chose,
que ce soit de l’amour-propre
ou le désir de
se faire remarquer… »
Kenichiro Tamaki

Á quoi tient l’intérêt pour une œuvre ? Parfois il suffit de quelques instants pour avoir envie d’en lire une. Le temps d’un trailer, comme celui de Tokyo Kaido. Cette impression d’avoir une série double, qui nous ouvre sur plusieurs niveaux de lecture et de ressenti m’a frappé dès le visionnage. Elle ne s’est pas dissipée après lecture comme les lignes qui suivent tentent de l’expliquer. Il pourrait bien s’agir d’une des (voire de la) séries de l’année.

Continuer la lecture de Tokyo Kaido, vol.1 – Les enfants perdus de Minetaro Mochizuki