Je suis Shingo, vol.1 – Le Prométhée moderne ?

« Je ne sais pas pourquoi… Je ne connaissais
pourtant que ton nom… En marchant je me
suis rendu compte que mes pas me portaient ici. »
Marine

Adapté au Japon en comédie musicale, le manga Je suis Shingo, de Kazuo Umezz, nous emmène à la découverte d’un robot narrateur qui développe peu à peu, grâce à deux enfants, sa conscience. Deux enfants du nom de Satoru et Marine qui constituent la deuxième face de cette série, qui fait la part belle à l’enfance, l’école, le sentiment amoureux et ses ennemis.

Continuer la lecture de Je suis Shingo, vol.1 – Le Prométhée moderne ?

Courrier des miracles, vol.1 – Livrer pour exister

« Dans la vie, ça ne tient qu’à toi de perdre
ou de gagner, pas vrai ? Alors les gens qui
sont négatifs par nature voient le mal
partout, même quand tout se passe bien… »
Shoko

Faut-il frôler la mort pour apprécier la vie ? Cette question, un peu extrême, se pose alors que l’on suit Makoto au fil des premiers chapitres du Courrier des miracles. Devenu un livreur très spécial suite à un accident, il va, au cours de cette activité, remettre en perspective sa vie pour, qui sait, l’apprécier davantage et ne plus pester contre un quotidien morne en apparence.

Continuer la lecture de Courrier des miracles, vol.1 – Livrer pour exister

Fûka, vol.1 – Don’t stop the music !

« Avec les portables, on sait tout à l’avance…
plus aucune surprise. Avoue que c’est un petit
peu ennuyeux. »
Fûka

Ne connaissant ni l’adaptation animée de Fûka ni les mangas précédents de Kouji Seo, je me suis lancé dans Fûka sans a priori : il en ressort un premier tome convaincant et, sous couvert de nous parler de jeunes gens et de musique, le volume traite de problématiques qui donnent à voir, en creux, un aperçu de la vie des jeunes, des différentes positions qu’ils peuvent occuper.

Continuer la lecture de Fûka, vol.1 – Don’t stop the music !

Je voudrais être tué par une lycéenne, vol. 1 – Á cœur vaillant rien d’impossible ?

« Quitte à mourir je préfère encore que ce soit
de la main d’une jolie lycéenne. C’est la raison
pour laquelle j’ai décidé de devenir enseignant. »
Haruto Higashiyama

Alors que les lycéen.ne.s de la zone A ont repris le chemin des cours en début de semaine, voici qu’arrive une nouveauté 2017 dont l’intrigue se déroule (notamment) au lycée ! Si la sortie du premier tome de Je voudrais être tué par une lycéenne (Joshikousei ni Korosaretai) de Usamaru Furuya n’est pas une excuse pour sécher les cours, il se révèle suffisamment prenant pour mériter toute notre attention.

Continuer la lecture de Je voudrais être tué par une lycéenne, vol. 1 – Á cœur vaillant rien d’impossible ?

Erased, vol.8 – L’union fait la force

« Je voulais combler le vide dans mon cœur ! »
(Satoru)

En juillet 2014 débutait en France une série qui ne passait pas inaperçue : nous étions en été et la jaquette du premier tome donnait à voir une jeune fille, Kayo, marchant dans la neige, seule, les mains agrippant les bretelles de son cartable, son regard nous échappant. Deux années et demie plus tard paraît le tome 8 : la neige continue de tomber mais sur une ville (1) et l’intrigue comble nos attentes, faisant de Erased un manga de premier plan, qui nous offre une belle leçon de vie.

Continuer la lecture de Erased, vol.8 – L’union fait la force

Les Fleurs du Mal – Alchimie des plaisirs et des peines

« Je dédie ce manga à tous ceux
qui souffrent ou qui ont souffert
des tourments de l’adolescence… »
(Shûzô Oshimi)

Première des séries attendues au premier trimestre 2017, Les Fleurs du Mal débutent en trombe en proposant deux premiers tomes fascinants. Transmutant une partie de son expérience passée en manga, Shûzô Oshimi nous offre une plongée dans le monde de l’adolescence dont on n’a aucune envie de ressortir. Que viennent vite les 9 tomes suivants !

Continuer la lecture de Les Fleurs du Mal – Alchimie des plaisirs et des peines

Kiriko et le passé de la discorde

Les réunions d’anciens élèves permettent de revoir des personnes non vues depuis des années, d’évoquer les absents éventuels (en bien ou en mal) et de raviver de vieux souvenirs d’école, qui peuvent plus ou moins plomber l’ambiance. Le plus souvent, le tout se termine à un horaire acceptable, permettant à chacun de rentrer chez soi non sans s’être dit – avec plus ou moins de bonne foi – qu’il faudrait « remettre ça, à l’occasion ».

Continuer la lecture de Kiriko et le passé de la discorde