Adam et Ève – L’empire des sens

« Nous devons être des ombres, des fantômes
qui œuvrent dans le plus grand secret ! »
Smell

Sortis en novembre dernier, les deux tomes d’Adam et Ève nous emmènent du côté de Tokyo, dans un club privé où quelques yakuzas réunis pour l’occasion vont devoir affronter deux adversaires assez particuliers. Qui sortira vivant du club imaginé par Hideo Yamamoto et dessiné par Ryoichi Ikegami ?

Continuer la lecture de Adam et Ève – L’empire des sens

Blade of the Immortal – Vers l’Infini et au-delà ?

« Alors on peut mourir nous aussi ? »
Manji à Shizuma

« Je suis fatigué de vivre »
Shizuma

Une fois n’est pas coutume, il sera question dans les lignes qui suivent d’une adaptation cinématographique. Mais pas n’importe laquelle : le film live Blade of the Immortal (l’Habitant de l’Infini), réalisé par Takashi Miike (pour son centième film !), qui s’inspire du manga du même nom de Hiroaki Samura. En 140 minutes est-il possible de proposer une adaptation qui fasse ressentir tout ou partie de la puissance de ce manga monumental ?

Continuer la lecture de Blade of the Immortal – Vers l’Infini et au-delà ?

Mini-revues – Tokyo Alien Bros 2, Tokyo Kaido 3, Je suis Shingo 2

« Je sais pas trop ce que ça veut dire,
être amoureux… mais ça fait mal,
quand quelqu’un nous oublie. »
Natsutarô

Pour cette fois, afin de varier les plaisirs, ce sont trois courtes revues qui sont au programme de cet article, toutes se référant à des ouvrages parus récemment chez le Lézard Noir et qui partage un point commun : la place accordée, à des degrés divers, à l’amour.

Continuer la lecture de Mini-revues – Tokyo Alien Bros 2, Tokyo Kaido 3, Je suis Shingo 2

La Cantine de minuit, vol.1-2 – Vous ne viendrez pas chez lui par hasard

« Plutôt que les gens qui dévoilent tout
d’eux-mêmes et sont faciles à comprendre,
je préfère ceux qui ont une petite part
d’ombre et de mystère. »

Adaptée en série live sous le titre Midnight Diner : Tokyo Stories, La Cantine de minuit de Yarô Abe est arrivée dans le catalogue du Lézard Noir cette année. Deux volumes sont disponibles pour le moment, qui nous proposent différentes histoires courtes gravitant autour d’un même lieu : un restaurant tokyoïte ouvert la nuit.

Continuer la lecture de La Cantine de minuit, vol.1-2 – Vous ne viendrez pas chez lui par hasard

L’Île errante, vol.1 – Le vent nous portera…

« J’ai commencé ce travail avec Papy…
Alors quoi qu’ils en disent je reste ici ! »
Mikura

Le mois de septembre voit la collection Latitudes s’enrichir d’un nouveau titre avec l’Île errante de Kenji Tsuruta. L’occasion de découvrir une partie du Japon moins connue que ses grandes villes : cap sur le Pacifique et ses petites îles japonaises habitées qui recèlent quelques mystères ainsi qu’une belle aventure !

Continuer la lecture de L’Île errante, vol.1 – Le vent nous portera…

Lady Snowblood – There Will Be Blood

« La femme qui marche sur le rivage
de la vie jette au loin ses larmes
La femme qui marche sur la route de
la vengeance jette au loin son cœur« 

Alors que l’intégrale de Lady Snowblood est parue il y a quelques jours, l’occasion est belle de revenir sur une des séries où les deux Kazuo (Kamimura et Koike) ont collaboré pour un résultat qui nous emporte au XIXe siècle où une quête vengeresse va emporter sur son passage bien des vies… et des cœurs.

Continuer la lecture de Lady Snowblood – There Will Be Blood

Goyô – Comme les cinq doigts de la main

« Les amis et les camarades qui me donnent
envie de m’intéresser à leurs problèmes et de
les partager sont sûrement pour moi des êtres
aussi importants qu’une famille. »
Masanosuke Akitsu

Alors que l’animé ACCA13 a été diffusé il y a quelques mois, une autre série de Natsume Ono avait fait l’objet d’une adaptation il y a quelques années de cela : Goyô. C’est de la version manga dont il sera question ici. Venez vous promener dans les rues d’Edo en compagnie d’un rônin hésitant et d’une bande de brigands que l’on ne rencontre pas tous les jours au cours de huit tomes menés de main de maître par l’auteure.

Continuer la lecture de Goyô – Comme les cinq doigts de la main