Le Maître d’armes – Fahrenheit – 451

« Nous avons toujours fait nos prières dans
un langage entendu de tous, au lieu que dans
l’Église romaine ils font toutes les leurs dans
une langue qu’on n’entend pas. L’usage du
langage inconnu à l’église sert à tenir les
populations dans l’ignorance, afin qu’elles se
laissent conduire sans contredire et par cet
artifice le clergé veut se rendre vénérable
comme ayant seul communication avec Dieu »

Ce propos que Pierre Lezan livre à ses enfants en 1700(1), alors qu’il a dû abjurer la religion réformée quinze ans plus tôt, ne peut qu’interpeller le lecteur du Maître d’armes de Xavier Dorison (scénario) et Joël Parnotte (dessins et couleurs). Si le récit de la bande dessinée se déroule dans la première moitié du XVIe siècle, la question du langage pour accéder au savoir y est fortement présente, si bien que le propos de Pierre Lezan se retrouve dans la bouche des personnages comme nous allons le voir ci-dessous.

Continuer la lecture de Le Maître d’armes – Fahrenheit – 451

Wolfsmund – Viens dans ma forteresse…

Figure mythique de la résistance à l’oppression étrangère, on retient souvent du personnage de Guillaume Tell ses talents à l’arbalète, avec l’épisode de la pomme posée sur la tête de son fils. Dans le manga Wolfsmund, Guillaume Tell est aussi très doué en matière d’escalade et a soigneusement formé son fils, Walter, pour mener à bien leur mission de lutte contre l’envahisseur Habsbourg. En quelques lignes, voici posés quelques-uns des ingrédients qui composent le manga de Mitsuhisa Kuji dont nous allons parler ci-dessous.

Continuer la lecture de Wolfsmund – Viens dans ma forteresse…