Le Vagabond de Tokyo – Les 400 coups de Yoshio

Il y a quelques jours, les propos du mangaka Michihiko Tōei étaient relayés sur Animenewsnetwork. L’artiste dénonçait les messages véhiculés par la « pop culture moderne », où le but ne serait pas de dépeindre la vérité mais simplement de faire des ventes. Michihiko Tōei contrastait alors cette situation avec celle des années 1970 : « If you look at the protagonists of manga popular in the ’70s, you’ll understand that it was a time where if you didn’t put your life into organizations or missions or skills, you wouldn’t be accepted… well, all right, maybe I get the feeling that this goes too far, but if you don’t put everything you have into life, you’ll be left with nothing but regret. »

Alors que Le Vagabond de Tokyo a commencé à paraître au Japon à la fin des années 1970, le propos ci-dessus m’est apparu comme une introduction astucieuse à la série de Takashi Fukutani, dont quatre tomes sont disponibles pour le moment en France, chez le Lézard Noir. Plutôt qu’un synopsis, je privilégie un teaser, pour se mettre dans l’ambiance.

Pour la suite, j’ai choisi de mettre l’accent sur les différents niveaux de lecture (niveaux ne veut pas dire hiérarchie, je préfère le préciser) dont le manga peut faire l’objet. Cela m’est apparu comme un bon compromis pour aborder plusieurs facettes du manga et l’analyser sans trop rentrer dans les détails, pour que le plaisir de lecture demeure intact.

vagabond-tokyo-lezard-noir
Le rendu de la couverture est très réussi !

La trique c’est chic

Le premier niveau est celui de l’humour. Le Vagabond de Tokyo nous donne à voir Yoshio Hori, débarqué à Tokyo de sa campagne natale, qui vivote à la résidence Dokudami, ramassis de paumés plus ou moins bizarres, paysage parfois brouillé par l’arrivée d’une jeune fille ou d’un jeune couple. Spoiler : ces gens-là ne restent souvent pas longtemps, contrairement aux « piliers » des lieux, dont fait bien sûr partie Yoshio et sa pièce de vie qu’il n’entretient guère.

On le voit alors, au fil des pages et des histoires, faire différents boulots (son point de chute quand il ne trouve rien étant de travailler sur les chantiers), flemmarder chez lui quand il fait trop chaud ou qu’il n’a pas envie de travailler, se faire payer des coups à boire ou aux bains publics, galérer, se faire arnaquer par des amis ou des filles qui débarquent de nulle part, prendre des coups car il était au mauvais endroit au mauvais moment et finir une soirée à dormir à la belle étoile, les idées vagues, le taux d’alcoolémie élevé et la tête pas loin du vomi qu’il a régurgité quelques moments plus tôt.

Travailler (quand il le faut), boire et manger : il manque un verbe pour compléter le portrait de Yoshio : serrer des femmes. Une partie de son temps (et de ses rêves) est dédiée à diverses opérations de séduction et de rapprochement avec la gente féminine. Le plus souvent c’est un échec, ou alors Yoshio ne termine pas avec celle qu’il espérait et le lot de consolation a parfois un goût bien amer. Il faut dire que le personnage principal ne possède pas les talents d’un gentleman et aborde souvent les filles en ayant quelques coups dans le nez, le conduisant à aller à l’essentiel… D’où des résultats catastrophiques et un personnage célibataire endurci. Cela fait partie du comique de répétition (running gag) de la série, qui voit Yoshio souvent la main dans le caleçon (s’il est habillé), à se soulager. Chez lui ou à l’extérieur : il en faut peu pour être heureux.

Pour autant, ce premier niveau peut se voir complété en trouvant dans Le Vagabond de Tokyo diverses ressources nous donnant à voir l’autre côté du miroir de Tokyo – et, plus largement du Japon – de la fin des années 1970 aux années 1980 (pour le moment). Si ce sont des années de croissance soutenue, tout le monde n’a pas pour autant sa part du gâteau. Le manga de Takashi Fukutani nous montre alors la vie dans les marges, comment ceux qui ne sont pas les « dominants » s’en sortent, vivent au jour le jour, ont une vie marquée du sceau de l’incertitude et de l’instabilité… Ont-ils leur place à Tokyo ? Ont-ils seulement une place ?

9782353480241
Les sous-titres changent d’un volume à l’autre…

Les années passant, on voit ainsi Yoshio (22 ans au départ de l’aventure) penser mariage (certes, la motivation principale chez lui est de se marier pour « baiser gratis »), retourner auprès de sa famille, faire le bilan (calmement), se questionner. Citons-le, alors qu’il est chez lui, revenant d’une petite virée (avec alcool) avec deux de ses voisins : « Déjà dix ans que je suis monté à Tôkyô et que mes rêves ne se sont toujours pas exaucés… Vais-je continuer à vivre dans l’inertie, sans but aucun… ? » (Tome 4, page 353)

La galère

Une fois lu les deux premiers tomes qui permettent de présenter le personnage (et l’auteur, qui est pas mal présent dans le premier volume) ses relations et l’environnement où Yoshio gravite, les tomes qui suivent ont un ton plus grave, même si l’humour demeure. Le Vagabond de Tokyo fait rire (il y a des scènes qui sont vraiment mémorables), mais il interroge aussi, sur la place réservée à ceux qui ont du mal à pleinement s’intégrer, à ce que la société fait (ou ne fait pas) pour eux, quels sont les filets de sécurité présents (ou absents)…

On peut alors regarder les tomes et les actes de Yoshio sous un autre jour. Ses expériences sexuelles ne sont parfois pas sans risque, quand bien même la question des maladies ne retienne vraiment l’attention du personnage (cf. notamment le tome 3, page 322). La masturbation systématique peut être un signe de misère sexuelle, ses rêves (certaines histoires commencent d’ailleurs avec le héros qui dort et nous, lecteurs, qui pénétrons son rêve) – où il est ce qu’il n’est pas en réalité – et son état d’ébriété une forme d’évasion. Yoshio c’est aussi l’homme qui voulait vivre sa vie, aussi imparfaite soit-elle (cf. la préface de Joseph Ghosn dans le tome 3).

Dans un dernier temps, on peut aussi voir la série comme une œuvre où Takashi Fukutani nous parle de lui. Yoshio n’est pas sa réplique exacte, mais le mangaka s’est inspiré de son existence pour donner vie à son personnage. Si l’auteur est très présent dans le tome 1 : outre sa biographie en fin de tome, différentes histoires courtes le mettent en scène, notamment sa rencontre avec Yoshio… Il est aussi présent lors d’une histoire spéciale pour le 500ème épisode – où l’on verra que Yoshio n’est pas comme les personnages du Monde selon Uchu… -, ce qui permet de le découvrir et de l’écouter parler de son manga (pourquoi Yoshio échoue, pourquoi la structure des histoires est souvent bâtie de la même manière…).

vagabond-de-tokyo-3-lezard-noir
Si je vous dis qu’il y a Alien 2 dans le tome vous me croyez ?

Par la suite, Takashi Fukutani n’est plus là mais le quatrième mur n’est pas sauvé pour autant car, que ce soit à travers les indications du narrateur comme à travers certains propos de Yoshio, le statut de manga de l’histoire se voit rappelé de temps en temps, toujours sous couvert d’humour. Je ne cite qu’un passage, où Yoshio se retrouve dans une situation délicate :  « Encore le scénario habituel ? Mais qu’est-ce que j’ai fait à l’auteur de ce manga… ? » (Tome 4, page 375)

Compiler pour bonifier

Un mot à propos de l’édition : la série originale fait plus d’une trentaine de tomes. Stéphane Duval note, au début du tome 2, que la série est inégale, l’auteur ayant, au fil du temps, répété certains gags, bouclé plus ou moins bien les dessins (les effets du rythme de publication sur le manga ne sont pas nouveaux). C’est pour cela que Le Vagabond de Tokyo se présente sous la forme d’un best-of, une compilation d’histoires. Le premier tome reprend un volume paru au Japon en 2006 alors que les suivants sont spécifiques à la version française avec des histoires sélectionnées par l’éditeur français.

Les histoires ne sont pas toujours proposées dans un ordre chronologique mais la compilation est bien menée, on n’est jamais perdu dans l’intrigue et je trouve que les histoires ainsi agencées s’enchaînent remarquablement bien.

vagabond-de-tokyo-4-lezard-noir
Oui, Yoshio s’est coupé les cheveux !

Conclusion : anti-héros un jour, anti-héros toujours

Contrairement aux héros habituels montés à la capitale pour réussir, et qui y parviennent, Yoshio n’y arrive pas. Il a une existence passablement compliquée, quand bien même il essaye de la simplifier au maximum. Véritable trublion, arnaqueur parfois, arnaqué souvent, il touche un peu à tout, déambule dans les rues de Tokyo à la recherche d’une petite amie, d’un coup à boire ou d’un métier.

Si la construction du récit et ce qui arrive au personnage restent souvent dans des sentiers balisés, les histoires retenues ont toujours un petit plus qui les rend savoureuses, par la chute (où le héros perd, en une case, ce qu’il avait gagné), par la poisse qui colle aux basques du personnage et par les trombines impayables de Yoshio ou de ceux qui l’entourent (l’histoire du géant amoureux avec Hiromi m’a bien fait rire, mais ce n’est pas la seule !).

Le Vagabond de Tokyo est un excellent manga, dont le trait n’a aucunement vieilli, qui nous offre des scènes de vie drôles, touchantes, avec un personnage principal agité dans tous les sens par son auteur mais qui plie sans jamais rompre. Cela fait plaisir de pouvoir le découvrir en français.

Le cinquième tome est prévu pour août-septembre !

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s