L’Atelier des Sorciers, vol.1 – Formule magique

« Il ne reste plus que [les sorts] qui rendent les
gens heureux ! Par conséquent tes découvertes
vont s’accompagner de beaucoup de joie. »
Kieffrey

La sortie du premier tome de l’Atelier des Sorciers marque l’arrivée d’une nouvelle mangaka dans les rayons de l’Hexagone : Kamome Shirahama.  Une arrivée réussie grâce à un univers où une jeune fille fascinée par la magie va réaliser son rêve… pour réparer une erreur. La loi de l’échange équivalent s’appliquerait-elle aussi chez les sorciers ? Les lignes qui suivent ne prétendent pas répondre à cette question.

Continuer la lecture de L’Atelier des Sorciers, vol.1 – Formule magique

Gloutons & Dragons, vol.1 – Les saveurs du donjon

« Ne prélever que ce qu’on consomme
c’est une règle d’or. »
Senshi

Nouveau titre du magazine Harta à arriver en France,  Gloutons & Dragons (Dungeon Meshi) est aussi le premier manga de Ryoko Kui à être disponible dans notre langue. Double nominé aux Manga Taishô Awards (2016, 2017) la série nous entraîne dans une exploration multidimensionnelle qui ne nous fera plus regarder un donjon de la même façon. Résisterez-vous à l’appel de l’aventure ?

Continuer la lecture de Gloutons & Dragons, vol.1 – Les saveurs du donjon

Wizard of the Battlefield – Ma sorcière bien-aimée

« Si tu la laisses te ronger, la
rancune finira par te pourrir la vie ! »
(Tetsunoshin à Haru)

Alors que des animés comme Shûmatsu no Izetta ou l’adaptation de romans à venir, Yōjo Senki, nous proposent de voir des sorcières sur le champ de bataille, côté manga on peut se reporter à  Wizard of the Battlefield, de Daisuke Hiyama, dont l’avant-dernier tome est paru fin novembre aux éditions Doki Doki.

Continuer la lecture de Wizard of the Battlefield – Ma sorcière bien-aimée

Dorohedoro, tome 19 – No Stress

Avant d’évoquer le tome 19 paru hier, quelques mots sur le comment je suis tombé dans la marmite Dorohedoro. Ce n’était pas gagné d’avance : après avoir feuilleté les premiers chapitres en 2013, je ne suis vraiment revenu vers le manga que l’an passé. Voir les superbes couvertures a fini par me faire passer outre à ma principale réserve : le dessin. Je n’étais vraiment pas attiré par ce que Q Hayashida proposait. Je précise : ce qui me gênait tenait aux proportions des corps, notamment le rapport entre les jambes et le reste. Sur certains plans les personnages avaient un côté « écrasé » (jambes réduites) quand sur d’autres (notamment Caïman), c’était l’aspect « étiré » qui prévalait.

Continuer la lecture de Dorohedoro, tome 19 – No Stress