Tokyo Alien Bros, vol.1 – Space Invaders

« Une invasion n’est en somme qu’un transfert de
pouvoir. Le véritable changement, c’est celui qui
se produit à l’insu de tous, aussi imperceptible que
le mouvement de la petite aiguille d’une horloge. »
Natsutarô Tanaka

Première série de Keigo Shinzo à être disponible en français (si je ne me trompe pas) Tokyo Alien Bros nous propose de suivre le quotidien de deux frères arrivés récemment au Japon. Le petit frère, Fuyunosuke Tanaka est étudiant en plus d’avoir un joli coup droit au badminton. Le grand, Natsutarô est un détective privé « pas encore tout à fait au point ». Ils vivent ensemble, avec des animaux de compagnie. Rien de bien surprenant ? J’ai oublié un détail : ce sont des extraterrestres !

Tokyo Alien Bros vol 1

Le regard éloigné

Á travers les pages de Tokyo Alien Bros on retrouve un élément évoqué il y a quelques temps avec Á nos amours. Dans ce manga il était question du point de vue japonais sur les français. Dans Tokyo Alien Bros le décentrement est plus poussé : les japonais sont auscultés par des extraterrestres ! Mais contrairement à ce qui peut se passer dans Dead Dead Demon’s DeDeDeDe Destruction la présence des extraterrestres n’est pas connue. Du moins pour le moment. Ils sont ici incognitos pour une mission très spéciale : évaluer la Terre, voir si elle réunit les conditions pour accueillir les représentants de leur espèce.

La réponse est positive mais avant qu’une migration n’ait lieu il leur reste à analyser « les maîtres de la planète » aka les hommes, pour mieux les comprendre. Vu la difficulté rencontrée par les disciplines qui se sont penchées sur la question on se dit i) que la tâche devrait les occuper un moment et ii) on se demande si des extraterrestres – soit des êtres extérieurs a priori à l’humanité – ont plus de chances que nous de nous comprendre. Pour mener à bien leur tâche, rien de mieux que l’observation participante ! Surtout que nos deux observateurs ne sont pas arrivés sur Terre en même temps. Tant mieux car cela permet de dynamiser le récit. Là où Fuyunosuke a déjà pu se familiariser avec certains aspects de la vie humaine, à s’acculturer (partiellement), Natsutarô doit tout apprendre. Il part de zéro et c’est lui qui va donner le tempo au fil de ses paroles et actes.

Grimace

Ce n’est donc pas le grand frère qui est là pour guider le petit mais l’inverse. Fuyunosuke se frotte avec lui à des personnes parfois un peu bizarres. Il essaye de lui éviter certains éléments dangereux… même si le rapport de Natsutarô à son nouvel environnement passe par trois étapes : i) la découverte de la Terre avec son frère ; ii) la crainte et la tentation hikikomori pour découvrir le monde sans sortir (merci la télévision et Internet) ; iii) la reprise en main par Fuyunosuke (« Il serait temps qu’on aille faire un tour dehors. »). Arrivé à la fin du premier volume, on peut dire que les deux frangins ne s’en sortent pas trop mal mais qu’il leur reste encore du travail pour saisir les créatures qui les entourent et éviter les gaffes.

Dans l’espace personne ne vous entendra rire

La perspective d’une invasion alien sert donc de prétexte pour prendre notre pouls, parler de la Terre, ses habitants et territoires. L’occasion de voyager même si l’essentiel de l’activité des deux frangins se déroule au Japon. C’est là-bas que les décalages avec les humain.e.s se créent. Et à travers ces situations se trouvent questionnées nombre d’éléments qui régissent notre quotidien. Pourquoi ce sourire sur le visage (nous sommes au Japon…) ? Pourquoi avoir des animaux de compagnie ? Pourquoi tel programme est-il regardé ? Que font les jeunes de leur temps ? Pourquoi les réseaux sociaux servent-ils à écrire ce qu’on n’a pas le courage de dire tout haut ? Là où tout est évident le questionnement n’est pas encouragé.

Natsutarô le ninja
Un ninja nommé Natsutarô, prêt à lancer des shurikens mouchoirs publicitaires

Bien sûr les situations dans lesquelles s’embarque notre duo venu d’ailleurs sont parfois assez cocasses et on rit en voyant le grand frère effectuer quelques sessions à déambuler dans la rue en peignoir ou à faire son éducation en regardant ce qui est dit sur les moteurs de recherche… Idem quand on les voit faire leur rapport aux autres extraterrestres (E.T. téléphone maison mais ce n’est pas pour rentrer) – avec un chien qui tape l’incruste ! – ou lorsque l’on découvre la boisson préférée de Fuyunosuke. Sans oublier les boissons que descendent les deux frères où la bière côtoie la javel et autre désinfectant… C’est du brutal et il n’est pas sûr qu’une polonaise en prenne au petit déjeuner.

Cet humour passe d’autant mieux que Keigo Shinzo rend le duo extraterrestre sympathique, par leurs échanges et par leur apparence. Ils ne sont pas omnipotents et omniscients. S’ils peuvent copier l’apparence d’un humain, leur forme de base est simple : une courbe en cloche en 3 dimensions qui peut étendre des tentacules au besoin. Quand ils entrent en contact avec la peau d’un humain ils peuvent accéder à leurs souvenirs, effacer leur mémoire. On ne sait pas s’il permet aussi de féconder, comme un autre « extraterrestre » arrive à le faire… Certes ils ont des capacités impressionnantes mais ils doivent se maîtriser pour ne pas faire de vagues. Sans maîtrise la puissance n’est rien.

Contact
Et hop Fuyunosuke fait le plein de pensées !

Le Grand Retournement

Le volume est traversé par un mouvement intéressant qui tient au renversement de positions entre nos deux héros. Un renversement qui n’est pas officiel pour tout le monde. Alors que le début laisse penser que le petit frère doit être encadré par le grand qui débarque pour le suivre, vérifier qu’il fait bien ce qui lui est demandé, les pages avançant on finit par se rendre compte que le rapport s’inverse, pas seulement parce que Fuyunosuke est là depuis plus longtemps ou parce que Natsutarô passe pour un drôle de gus aux yeux des amis de son frère.

Le graphisme de Keigo Shinzo se révèle des plus appropriés pour rendre la vitalité des personnages et participe pleinement à la tonalité de son récit. Si son style ne vise pas un réalisme exact des personnages, sans multiplier les traits, l’auteur parvient à les croquer en fonction de leur état d’esprit, capture les instants qu’ils vivent et organise ses cases de manière à toujours rendre le comique, l’ironie de telle ou telle situation. Il procède aussi joliment quand il s’agit de casser brutalement l’ambiance en une case. Par ailleurs on pourra noter le contraste entre le rendu des personnages et les détails apportés à l’environnement où ils évoluent.

Rencontre dans une salle de bain
Un extraterrestre qui pénètre dans une salle de bains (sans frapper)

L’édition française proposée par le Lézard Noir est d’un format similaire à celui de Tokyo Kaido et ne comporte pas de fausse note. Aucun problème de coupe, le volume se consulte et se manipule sans problème. La traduction est limpide. En somme on lit le volume d’une traite sans buter sur des mots ou des cases qui poseraient problème.

Á quand le débarquement ?

Le premier volume de Tokyo Alien Bros nous propose une comédie fantastique où deux frangins venus d’ailleurs s’embarquent dans une mission loin d’être évidente mais qu’ils ont à cœur de mener à bien. Leur immersion au milieu de la jeunesse nippone promet des heures qui ne seront pas forcément joyeuses lors des deux prochains volumes. Mêlant humour, ironie et réflexions sur notre existence, le manga de Keigo Shinzo est un OMNI (Objet Manga…) qui plaira autant aux fondus d’extraterrestres qu’aux autres.

Sourire tentative
Natsutarô s’essaye au sourire

Copyrights

Un grand merci au Lézard Noir pour les images qui améliorent cet avis !

Publié par

Anvil

Lecteur de manga, manhua, manhwa... visionneur d'animés, films... et de plein d'autres "trucs" car ma curiosité n'a (presque) pas de limites. Je suis touche-à-tout sans être bon à rien. Les avis présents ici n'ont, par conséquent, aucune prétention si ce n'est celle d'offrir un point de vue sur une œuvre qui m'a interpellé. Vous pouvez me retrouver sur Twitter : @Anvil_G ; sur Sens Critique : Anvil et ailleurs... See you Space Cowboy!

9 réflexions au sujet de « Tokyo Alien Bros, vol.1 – Space Invaders »

    1. Merci Miki ! Content que cet avis t’ait plu et, en espérant qu’il n’est pas trop tard pour cela, très bonne lecture et bon voyage en compagnie de ce duo détonnant. J’espère qu’il te plaira ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. La fameuse observation participante est de retour ! Et cette fois, ce sont les mœurs humaines qui sont objets d’étude. J’ai vraiment adoré lire ce manga au graphisme très frais (on peut dire que j’en étais amoureuse dès la couverture ! ce qui est rare). On peut s’attendre à quelque chose d’un peu naïf et simpliste avec des aliens à la découverte du monde humain, eh bien pas du tout, la mission n’est pas sans danger et il y a une ironie bien présente dans la tonalité générale comme tu l’as remarqué (des pratiques sexuelles bizarres aux questions de gaspillage et de divertissement sans oublier les pensées et les contradictions humaines). Et puis, je trouve aussi qu’il peut y avoir une certaine « cruauté » (bien que ce ne soit pas vraiment le mot) dans les relations entre ces êtres venus d’ailleurs et les hommes, notamment parce que quoiqu’il se passe, les hommes restent juste des spécimens d’étude pour eux (par ex le rendez-vous entre la fille et Fuyunosuke). En somme ils sont sympas et tout, mais ils n’ont pas vocation à être nos amis, leur mission est bien de nous envahir !! (n’empêche ils sont vraiment craquants)

    J'aime

    1. Attention tu as succombé au charme des deux frères, tu vas devenir leur prochain objet d’analyse ! Méfie-toi si tu tombes sur un individu en peignoir en pleine journée ou sur un joueur de badminton ! 🙂

      Tu as bien raison de souligner que le côté « ils sont amusants ces extraterrestres » s’estompent un peu vu qu’ils ne sont pas là pour passer des vacances. Cela leur donne un côté chat je trouve. (Mon message est approuvé par le CCC, le Comité Contre les Chats).

      En trois tomes je me demande bien ce que l’auteur va nous proposer : à la fin la Terre sera colonisée ou alors voyant que Natsutarô a trop fait parler de lui ils repartiront pour mieux revenir dans quelques siècles ?

      J’aimerai les voir passer leur permis. 😀

      J'aime

  2. C’est vrai que ce qui fait le charme du félin, c’est que malgré notre adoration, il s’en fout totalement de nous et fait sa vie dans son coin. Enfin, en tout cas, on est dans une relation d’égal à égal (à la limite il nous regarde de haut). Donc oui, ils font très chats nos deux frères.
    Hum pour la suite j’en ai aucune idée. C’est une série où l’on se laisse porter, donc je fais confiance à l’auteur.
    Leur permis ? Euh alors là je n’ai pas trop compris. C’est inspiré d’une histoire personnelle, tu viens de rater le tien peut-être ? (je fais des suppositions, ta dernière phrase est un vrai mystère)

    J'aime

    1. Tu as raison, faisons confiance à l’auteur !

      Ha ha, non j’ai mon permis (et j’espère garder tous mes points le plus longtemps possible) mais c’est une scène que j’imagine bien avec eux. Je ne saurai pas dire pourquoi exactement, cette phrase est aussi un mystère pour moi…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s